Quelques questions pour découvrir Frama.space…

Frama.space

Table des matières

Frama.space, c’est quoi ?

Frama.space est un service de « cloud » gratuit proposé par l’association Framasoft.

Framaspace permet à une petite organisation de gérer de façon collaborative : fichiers, agendas, contacts, notes, documents (textes, tableurs, présentations, etc), tâches, etc. (cf. question « Que puis-je faire avec Framaspace ? »)

Si votre demande d’inscription est validée, vous disposerez d’un espace web collaboratif, basé sur le logiciel libre Nextcloud, du type https://mon-asso.frama.space.

Vous pourrez y gérer jusqu’à 50 comptes utilisateurs.

Qu’est-ce que je peux faire avec Frama.space ?

Un paquet de choses !

Rappelons tout d’abord que les espaces Frama.space sont basés sur le logiciel libre Nextcloud. Donc, les fonctionnalités de base de Nextcloud se retrouvent de facto dans Frama.space.

Ensuite, l’idée principale derrière Frama.space est d’outiller numériquement les collectifs militants afin que les individus qui les composent soient en capacité d’être plus autonomes, plus « efficaces » (même si nous n’aimons pas trop le terme). En facilitant leur capacités de collaboration, de mise en relation. En leur permettant d’être plus réactifs. En déconstruisant certaines structures sociales parfois très ancrées dans le monde associatif (où un président décide pour tous et toutes, où une secrétaire est en charge de la prise de notes et du compte-rendu, où le « geek-de-service » se retrouve en responsabilité de l’ensemble du patrimoine numérique de la structure ainsi que de sa sécurité, etc).

Vidéo Nextcloud Hub

Vidéo de présentation de « Nextcloud Hub », dont vous retrouverez les fonctionnalités (hors email) dans Frama.space. La vidéo s'ouvrira dans la même fenêtre (Ctrl+clic pour l'ouvrir dans un nouvel onglet)

Nous listons ci-dessous les principales fonctionnalités de Frama.space, en reprenant les applications Nextcloud correspondantes.

Fichiers et documents

Fichiers

L’application « Fichiers » est le cœur de votre frama.space. Elle vous permettra notamment de :

  • stocker les fichiers de votre collectif en ligne, et pouvoir y accéder depuis votre smartphone
  • partager des dossiers entre membres de votre structure (un dossier « AG » accessible à tous les membres, un dossier « Factures » uniquement accessible aux membres de votre groupe de travail Finances, etc)
  • partager des dossiers ou fichiers à des personnes en dehors de votre structure. Par exemple un communiqué de presse au format PDF rendu accessible à tout internaute, ou un dossier « Photos Salon du livre 2023 » protégé par un mot de passe.)
  • synchroniser vos documents entre votre ordinateur (ou smartphone) et votre espace Frama.space (ex: vous créez un nouveau fichier « Statuts 2023.docx » dans un dossier identifié sur votre ordinateur, à chaque modification, ce fichier est automatiquement envoyé en ligne. Et si une personne « synchronise » ce même fichier, il sera téléchargé sur son ordinateur. Evidemment, si elle modifie ce même fichier, ce dernier sera renvoyé en ligne, puis automatiquement sur votre ordinateur.)

→ Plus d’infos (en anglais pour le moment), sur le site de Nextcloud : Nextcloud Files.

Texte

L’application Texte permet de rédiger des textes simplement, au format Markdown, sans prise de tête. Il s’agit d’un éditeur léger, qui rappellera Framapad/Etherpad à celles et ceux qui l’utilisent. Les options de mise en forme sont limitées, mais si vous devez faire une prise de notes rapide, seul⋅e ou à plusieurs, par exemple pour une réunion, c’est l’outil idéal.

Bureautique

L’application «_ Texte _» ne vous convient pas, car elle est trop simple ? Vous avez besoin de faire des tableaux croisés dynamiques, des présentations type « PowerPoint », etc ?

Ca tombe bien ! Par défaut, la suite bureautique CODE (Collabora Online Developper Edition) est installée sur votre Frama.space. L’administrateur⋅ice de votre espace pourra lui préférer OnlyOffice. Il s’agit de suites bureautiques complètes, permettant de faire en ligne sensiblement les mêmes choses qu’avec les suites LibreOffice ou Microsoft Office. Des mises en pages riches, des feuilles de calcul de tableurs, des slides pour vos présentations, etc. Mais la particularité de ces outils, c’est qu’ils sont collaboratifs ! Cela signifie que plusieurs personnes peuvent travailler, en même temps sur un même fichier. Par exemple, 5 personnes peuvent simultanément travailler sur un communiqué ou un budget.

→ Plus d’infos (en anglais pour le moment), sur le site de Nextcloud : Nextcloud Office.

Collectifs

Collectifs est une application à mi-chemin entre un wiki et un centre de documentation. Pour le dire autrement, il permet à vos « Cercles » (cf. « Contacts (et Cercles) » ci-dessous) de créer et d’organiser des documents de façon thématiques.

Vous pourriez utiliser « Collectifs » pour préparer et documenter, ensemble, une action un peu complexe comme, par exemple, l’organisation d’une manifestation. Ainsi, vous pourriez créer des pages « Infos pratiques », « Presse », « Sécurité », « Accessibilité », « Idées de pancartes et slogans », etc. et les remplir facilement (et collectivement) au fur et à mesure.

Vous pourrez aussi les imprimer ou les transformer au format PDF.

→ Plus d’infos (en anglais pour le moment), sur le site de Nextcloud : Nextcloud Office.

Collaboration et projets

Agenda

L’application « Agenda » vous permettra notamment de :

  • saisir des événements dans des agendas. Ces derniers pouvant être publics, partagés ou privés. Par exemple, vous pouvez gérer votre agenda privé sur Frama.space et le synchroniser sur votre smartphone. Mais vous pouvez aussi créer des agendas publics des événements de votre collectif, accessibles à tout internaute, ou des agendas partagés uniquement entre membres de votre association.
  • synchroniser et manipuler vos agendas depuis votre smartphone, ou de nombreux logiciels extérieurs (Thunderbird, Outlook, etc)

Notez que Frama.space propose aussi l’application « Holiday Calendar », développée par Framasoft, et qui permet d’ajouter à vos agendas des calendriers externes, comme ceux des congés annuels.

→ Plus d’infos (en anglais pour le moment), sur le site de Nextcloud : Nextcloud Groupware.

Contacts (et Cercles)

L’application « Contacts » vous permettra de gérer vos contacts, évidemment. Cela s’avère particulièrement utile par exemple pour retrouver les contacts de votre asso sur votre téléphone, ou créer des groupes de contacts (« cercles ») qui vous permettront de gérer de groupes de travail temporaire (ou pas).

→ Plus d’infos (en anglais pour le moment), sur le site de Nextcloud : Nextcloud Groupware.

Discussions (tchat et visio)

Discussions vous permet d’ouvrir un espace de discussion sur un sujet précis. Par exemple « Préparation du rendez-vous avec la Mairie ». Vous pourrez alors :

  • inviter des membres de votre organisation, ou d’autres organisations si vos espaces sont fédérés (voir plus bas)
  • inviter des personnes extérieures à la discussion (en leur partageant un lien public, qui pourra être protégé par mot de passe si nécessaire)
  • discuter toustes ensemble du sujet, en faisant des liens avec des projets, des fichiers, des tâches, etc.

Mais la discussion pourra s’étendre au-delà du clavier, puisque vous pourrez à tout moment inviter les participant⋅es à rejoindre une visioconférence dédiée. Notez que l’outil n’est pas fait pour organiser des visios ou conférences à plusieurs dizaines de personnes (d’autres outils comme Framatalk ou PeerTube Live sont plus adaptés), mais devrait parfaitement convenir pour une visio entre 2 et 8 personnes.

→ Plus d’infos (en anglais pour le moment), sur le site de Nextcloud : Nextcloud Talk.

Deck (Kanban)

La méthode Kanban est une méthode d’organisation et de gestion de projets relativement accessible. Imaginez un tableau blanc, des colonnes (par exemple : « À faire », « En cours », « Terminé », « Abandonné/repoussé »), et des « post-it » de tâches dans chaque colonne (« Appeler la mairie », « mettre à jour le site internet », « Envoyer le compte-rendu à Camille », etc). L’application « Deck » vous permet de répondre à ce type de besoin, en vous permettant, pour chaque tâche, d’indiquer une description, une date, des participant⋅es, etc. Et, bien entendu, de déplacer les tâches (sous formes de cartes) d’une colonne à l’autre par simple glisser-déposer.

Cet outil basique permet alors de visualiser clairement où en est votre projet, les tâches en cours ou les dernières avancées, les points de friction, les urgences, etc.

Tâches

Tâches vous permettra de gérer une liste de tâches simples. « Mais, c’est pas redondant avec Deck, ça ?! »

Si, un peu. Mais nous avons choisi de laisser les deux pour le moment.

Côté utilisation, Tâches peut être synchronisé via DAVx⁵, Thunderbird et nativement sur iOS, quand Deck a une application Android basique mais utilisable et une application iOS quasiment pas utilisable.

Les deux permettent de partager des listes de tâches ou des tableaux avec d’autres personnes.

Les deux ont effectivement leurs avantages et leurs inconvénients, et s’il est possible que certains aspects se recouvrent, on n’utilise quand même pas exactement une liste de tâche comme un Kanban, donc enlever une des deux applications créerait à notre avis un manque sur certains aspects (simplicité et polyvalence de la liste des tâches d’un côté, gestion plus orientée « projet » du Kanban).

Nous vous interrogerons d’ici quelques mois pour savoir ce que vous en pensez, et s’il ne serait pas plus pertinent de n’en garder qu’une.

Autres

Photos

L’application Photos porte évidemment bien son nom, puisqu’elle permet le stockage, l’organisation et le partage de... photos. Vous pourrez créer des albums, ou même recadrer vos photos en ligne. Évidemment, vous pourrez les regarder sur votre smartphone, selon vos règles d’accès.

Annonces

Annonces permet à l’administrateur d’un espace de faire passer un message à l’ensemble des utilisateur⋅ices de cet espace. Par exemple, un rappel du type « Rappel : l’A.G. aura lieu le 5 septembre prochain. Pensez-bien à régler vos cotisations d’ici là ! ».

User migration

Framasoft est une association qui tient beaucoup à l’interopérabilité. Nous ne chercherons jamais à vous enfermer sur nos services, et Frama.space n’échappe pas à la règle. Avec l’application « User Migration » vous pourrez facilement exporter vos données (fichiers, calendriers, contacts, etc. ) de Frama.space vers un autre espace Nextcloud fourni par un autre prestataire.

Notez que l’inverse est possible aussi : si vous utilisez un espace Nextcloud chez un autre hébergeur **et que celui-ci a installé l’application « User migration », vous pouvez exporter vos données principales et les réimporter dans Frama.space.

La procédure est expliquée sur la page de l’application.

Féderation

La fédération d’espaces est un concept un peu complexe, alors prenons un exemple simple à comprendre (enfin, espérons-le !). Imaginez que vous soyez l’administratrice de l’espace lyon-a-velo.frama.space. Vous travaillez régulièrement avec le collectif cyclisme-nature.frama.space et le mouvement Alternatiba hébergé, lui, chez nos ami⋅es d’IndieHosters sur leur offre « liiibre » à l’adresse nextcloud.alternatiba.org). La fédération permet à vos 3 structures de collaborer ensemble. Par exemple, vous pouvez décider de partager un dossier « Communication » avec Cyclisme Nature. Ou travailler avec Alternatiba sur les flyers d’une actions à venir. Vous pouvez aussi décider de partager des photos avec les 2 organisations. La différence avec le partage de fichiers « classique » tel que présenté plus haut, c’est que si vous vous fédérez avec d’autres organisations, vous pourrez décider de partager des dossiers, des contacts, etc, comme s’ils faisaient partie de votre organisation. C’est à dire que les dossiers fédérés apparaîtront dans votre arborescence aux côtés de ceux réservés uniquement à votre structure. De la même façon, si vous organisez une « Discussion » (voir plus haut), vous pouvez inviter les membres des organisations fédérées aussi facilement que s’ils faisaient partie de votre structure.

Mais encore...

Les applications ci-dessus ne constituent pas une liste exhaustive. De nombreuses autres applications sont en fait disponibles dans votre Frama.space, mais elles ont souvent vocation à rester « sous le capot » plutôt qu’à être directement utilisables ou manipulables par les utilisateurs.

Ainsi, les applications techniques suivantes sont aussi installées :

  • Accessibilité
  • Fédération
  • Client Push
  • First run wizard
  • Log reader
  • Announcement
  • Password Policy
  • PDF Viewer
  • Preview generator
  • Privacy
  • Temporary block files
  • User status

Dans un avenir proche, nous pourrons fournir la liste complète des applications installées.

« Oui, mais moi, je voudrais l’application [CeQueVousVoulezIci], j’en ai vraiment vraiment besoin ! »

Alors, rendez-vous à la question « Je voudrais personnaliser mon espace ».

Pourquoi Frama.space ?

Nombreuses sont les structures qui utilisent des solutions comme Google Workspace (GMail + GDocs + etc) ou Office 365. Ce sont des solutions techniquement très performantes qui permettent à des équipes – petites ou grandes – de travailler ensemble.

Cependant, nous pensons que ces structures (Google, Microsoft, mais aussi Facebook, Amazon et bien d’autres) sont toxiques. En plus d’exercer une domination technique, économique, politique et culturelle sur nos vies numériques (et donc nos vies tout court), elles entretiennent des mécanismes que nous considérons comme délétères pour nos sociétés. Ainsi, les mécanismes de l’économie de l’attention manipulent nos comportements, et ceux du capitalisme de surveillance les contrôlent et les orientent.

Framasoft argumente, depuis 2013, que le projet politique de captation massive et permanente des données par les GAFAM est antinomique de celui d’une société libre et émancipée, où les individus seraient autonomes numériquement. Même en dehors du champ numérique, elles favorisent et accélèrent des changements sociétaux très discutables : solutionnisme technologique (Google), surconsommation (Amazon), explosion du droit du travail (Uber), appauvrissement du discours (Twitter), etc.

Or, nous constatons qu’un grand nombre de structures qui luttent contre les effets de ces changements sociétaux souhaitent utiliser des outils plus en accord avec leurs valeurs.

Framaspace vise à répondre à cette volonté de mise en cohérence entre les valeurs de collectifs engagés, et les outils numériques que lesdits collectifs utilisent.

En mettant à disposition le service Framaspace, l’association Framasoft souhaite faciliter une démarche de « dégooglisation », à comprendre au sens large comme un processus de réappropriation de nos outils de lutte et d’organisation.

Frama.space, c’est pour qui ?

Vaste question !

Framasoft est une petite association loi 1901 française. Même si nos ambitions sont grandes, nous savons que nous ne pouvons répondre qu’à un nombre limité de demandes de création de comptes Frama.space.

En effet, il est relativement « simple » pour nous d’accueillir tous types de publics, sans discrimination, sur certains services. Par exemple, que vous soyez une syndicaliste ou un employé du CAC 40, vous pouvez utiliser notre service de rédaction collaborative Framapad. Tout simplement parce que le surcoût en temps et en argent pour notre association pour gérer un pad de plus est marginalement proche de zéro. Dit autrement : avoir 100 utilisateur⋅ices mensuels de Framapad ou bien 100 000, c’est à peu près la même charge de travail ou financière pour nous.

Cependant, c’est une autre histoire avec Frama.space : déployer une instance Nextcloud avec plusieurs dizaines de Go, gérer ses mises à jour et son support, c’est un coût non négligeable. Gérer 10 instances Nextcloud sur Frama.space, ça n’est pas du tout le même coût humain ou financier qu’en gérer 1 000 ou 10 000.

Framasoft, c'est une petite association (une quarantaine d'adhérent⋅es, dont une dizaine de salarié⋅es), qui ne vit que des dons. Nous ne touchons pas de subvention (nous n'en demandons pas) . Nous n'avons pas d'actionnaires (et nous n'en voulons pas). Nous n'avons pas de "plan de développement" (nous refusons la croissance à tout prix, voir la croissance tout court). Nous ne cherchons pas de clients (nous sommes au service de l'intérêt général, et refusons la marchandisation de nos actions).

Nous faisons avec les moyens dont nous disposons, c'est à dire ceux que vous nous accordez, sur la base de nos actions, et non de nos promesses.

Et, on ne va pas se mentir, ces moyens ont beau être conséquents pour une petite structure comme la notre, ils ne nous permettent pas d'offrir gratuitement des hébergements de 40Go de façon illimitée.

Nous nous retrouvons donc devant l’obligation de limiter le nombre de comptes Framaspace.

Une solution aurait pu être de dire « Premier arrivé, premier servi ! », en ouvrant les comptes en fonction de l’ordre de demandes de création. Mais cela nous paraissait d’une part injuste, et d’autre part assez éloigné de notre objectif d’assurer une mise en cohérence des valeurs d’une structure avec ses outils numériques. Ainsi, rien ne nous aurait garanti que la première structure à demander un compte Frama.space souhaite agir pour plus de progrès social et de justice sociale (ce qui est, pour Framasoft, une motivation de mettre en place ce service).

Nous avons donc retenu une autre solution : sélectionner « manuellement » les organisations qui pourront accéder à Frama.space.

Oui, c’est une forme de discrimination, et cela nous ressemble peu. Mais les raisons évoquées ci-dessus nous paraissent suffisantes pour justifier que nous ne pouvons, pour le moment, faire autrement.

Par ailleurs, ce n’est pas comme si Frama.space était un service totalement exclusif. En effet, Frama.space repose sur le logiciel libre Nextcloud, qui est proposé en tant que service par des milliers d’entreprises dans le monde. Une courte liste peut être trouvée ici, mais vous pouvez aussi vous renseigner auprès de membres du collectif CHATONS.

Donc, vous pouvez parfaitement trouver un service sensiblement équivalent ailleurs que sur Frama.space. Vous voir refuser un compte peut générer une frustration compréhensible, mais cette frustration pourra facilement trouver sa libération en choisissant un autre prestataire.

Quels sont les critères de sélection ?

Résumé (2022, susceptible d’évoluer dans le temps) :

Éligibles (dès 2022)

  • Associations, fondations, syndicats, clubs, collectifs :
    • francophones
    • et déclarés (ex: « association loi de 1901 ») ou « de fait » (ex: « collectif informel de chercheur⋅euses »)
    • et ayant besoin de moins de 50 comptes
    • et ayant besoin de moins de 40 Go d’espace de stockage (au total par instance)

Non-éligibles (liste non exhaustive)

  • Associations ou fondations francophones (« déclarées » ou « de fait ») ayant besoin de plus de 50 comptes ou de plus de 40 Go
  • Associations, fondations, syndicats, etc, non francophones
  • Ecoles, collèges, lycées, universités, établissements d’enseignement dépendants du Ministère de l’Education Nationale ou du Ministère de l'Éducation Supérieure et de la recherche
  • Individus
  • Familles
  • Groupe d’ami⋅es
  • Collectivités
  • Services publics
  • Entreprises et coopératives
  • Toute structure qui refuserait d’accepter l’ensemble de nos CGU

D’abord, il faut être une structure, un collectif. Frama.space ne propose pas de compte pour des individus, mais uniquement pour des groupes de personnes.

Ensuite, Frama.space s’adresse en priorité aux « petites associations » (déclarées ou de fait). C’est à dire celles qui auront besoin de moins de 50 comptes, et de moins de 40 Go d’espace de stockage au total.

Par ailleurs, le service Frama.space et son support se font exclusivement en français. Si vous souhaitez une interface ou du support dans une autre langue, nous ne pourront malheureusement pas vous accueillir.

Notez que la structure n’a pas besoin d’être « officielle ». Il peut s’agir d’un collectif informel. Mais si vous proposez la création d’un compte pour « la famille Dupuis-Morizeau », il y a de fortes chances que l’on vous refuse la création d’un compte Frama.space, car il n’y a pas vraiment de projet collectif visant l’intérêt général derrière.

Notez que la création de comptes n’est pas réservée qu’aux associations (« loi de 1901 », « loi de 1907 » ou « de fait »). Une entreprise peut éventuellement demander un compte. Cependant, nous privilégierons les coopératives (SCOP, SCIC, etc) par rapport aux entreprises individuelles ou SARL. Notamment parce que les tarifs pour obtenir un Nextcloud « entreprise » restent relativement abordables

Les collectivités ou institutions publiques, pour l’instant, ne verront pas leurs demandes aboutir. En effet, Framas.pace est un projet de la société civile, pour la société civile. Nous pensons que l’État a les moyens de fournir un tel service aux collectivités, à ses propres institutions, et à ses propres agents (si une petite association comme la nôtre peut proposer à termes plusieurs centaines de milliers de comptes, on ne nous fera pas croire que les services de l’État ne peuvent pas le faire). Et comme nous ne touchons pas de subventions, il nous paraîtrait anormal de réserver des comptes pour des collectivités, qui prendraient alors la place de comptes d’associations. Notez que là encore, les collectivités territoriales ne restent pas sans solution, puisque l’ADULLACT, association amie de Framasoft, dispose justement d’une offre Nextcloud à disposition des collectivités

Pour les écoles et, plus largement, les institutions d’enseignement publics : il ne vous est pas possible de postuler à la création d’un compte Frama.space. Désolé, mais ces établissements sont trop nombreux, et notre petite association ne saurait en supporter la charge. Si vous dépendez du Ministère de l’Education Nationale, le site (apps.education.fr](https://apps.education.fr/applications/nextcloud) propose un service d’hébergement Nextcloud très proche de Frama.space. Notez aussi que Zaclys, association membre du collectif CHATONS, propose une offre gratuite Nextcloud pour les écoles, crèches, garderies, périscolaires, centres spécialisés pour les enfants, structures hospitalières pour les enfants, associations et clubs pour enfants. Si vous dépendez du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’innovation : plusieurs Universités Françaises (ex: Nantes) proposent une solution Nextcloud pour les étudiant⋅es, enseignant⋅es, chercheur⋅euses. Rapprochez vous d’elles (et de votre DSI !) pour savoir si votre établissement ne pourrait pas proposer une offre équivalente.

Notez que nous proposons une liste de quelques prestataires, selon votre situation, devraient vous permettre de trouver une solution à vos besoins.

Frama.space, c’est qui ?

Frama.space est un service proposé par l’association Framasoft.

Framasoft est une association d’éducation populaire aux enjeux du numérique et des communs culturels.

Depuis 20 ans, Framasoft souhaite démontrer que « un autre numérique est possible », notamment en faisant de la promotion du logiciel libre. Et depuis les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden en 2013, Framasoft sensibilise à la toxicité des géants du numérique, par une démarche de partage de connaissances ainsi que par la mise à disposition et la création de logiciels et services « alternatifs ».

Framasoft anime plus d’une cinquantaine de projets (Frama.space n’étant qu’un de ces projets), emploie une dizaine de salarié⋅es, ne touche pas de subvention publique, et ne vit quasiment que des dons.

Comment créer un espace frama.space ?

Vous correspondez aux critères d’éligibilité indiqués ci-dessus ? Alors remplissez le formulaire à l’adresse https://frama.space/new

Vous recevrez automatiquement une confirmation de réception de votre demande. Votre demande de compte sera alors examinée par notre équipe bénévole (processus qui pourra prendre 1 à 10 jours).

A l’issue de ce processus, vous recevrez un second mail, avec plusieurs options possibles :

  • Votre demande de compte est acceptée. Youpi. Vous recevrez un mail avec les identifiants qui vous permettront de faire votre première connexion en tant qu’administrateur⋅ice de votre instance Frama.space, et de créer les autres comptes.
  • Votre demande de compte est mise en attente. Vous recevrez cet email car votre association ou collectif correspond bien aux critères d’éligibilité, mais nous n’avons pour le moment pas assez de place pour vous accueillir dans de bonnes conditions, ou d’autres structures nous paraissent prioritaires. Vous pouvez soit attendre que nous validions votre compte (mais nous ne pouvons pas vous donner de délai), ou supprimer votre demande pour repostuler plus tard.
  • Votre demande est refusée. Bon, dans ce cas là, on est désolé⋅es, ce n’est pas contre vous ou votre structure, dont nous ne doutons pas de la valeur. C’est juste que soit nous sommes complets, soit que votre structure ne correspond pas à nos critères d’éligibilité. Suite à ce mail, votre demande, ainsi que les données associées sont supprimées (libre à vous de repostuler plus tard, mais avec le risque d’avoir le même résultat).

Dans tous les cas, nous vous conseillons de vous abonner à la lettre d'informations Frama.space (accessible depuis la page d'accueil) afin d'être tenu au courant des actualités du projet, et notamment des nouvelles phases d'ouverture d'espaces.

Pour rappel, Framasoft le calendrier prévisionnel d'ouverture d'espaces est le suivant :

  1. Novembre 2022 à décembre 2022 : environ 200 espaces (c'est à dire 10 000 comptes utilisateur⋅ices maximum, pour un espace total de 8 Tio maximum)
  2. Janvier 2023 à juin 2023 : passage de environ 200 espaces à environ 1 000 espaces (c'est à dire 50 000 comptes utilisateur⋅ices maximum, pour un espace total de 40 Tio maximum)
  3. Septembre 2023 à décembre 2023 : passage de environ 1 000 espaces à environ 2 500 espaces (c'est à dire 125 000 comptes utilisateur⋅ices maximum, pour un espace total de 100 Tio maximum)
  4. Janvier 2024 à décembre 2024 : passage de environ 2 500 espaces à environ 5 000 espaces (c'est à dire 250 000 comptes utilisateur⋅ices maximum, pour un espace total de 200 Tio maximum)
  5. Janvier 2025 à décembre 2025 : passage de environ 5 000 espaces à environ 10 000 espaces (c'est à dire 500 000 comptes utilisateur⋅ices maximum, pour un espace total de 400 Tio maximum)

Evidemment, ce calendrier pourra varier dans le temps, en fonction de nos retours et des votres. Rappelons que l'ensemble du prajet Frama.space (et donc son infrastructure technique) n'est financée que par vos dons. Sans ces derniers, cette croissance sera évidemment impossible.

Puis créer plusieurs espaces frama.space ?

La réponse courte est : "oui, mais…".

Etant nous même en fonctionnement associatif depuis 20 ans, nous savons bien qu'il n'est pas rare qu'un individu fasse partie de multiples associations et collectifs. De même, de nombreuses associations fonctionnent de manière décentralisée, avec un fonctionnement en réseau (par exemple CGT-75, CGT-69, etc).

Donc, oui, il est possible de se créer plusieurs espaces Frama.space, MAIS nous veillerons à ce qu'il n'y ait pas d'abus. Nous rappelons que Frama.space est un service gratuit, au nombre de places limitées. En conséquence, il convient de voir Frama.space comme un commun numérique, dont il faut prendre soin. Si une personne ou une organisation décide de créer 100 espaces pour les 100 groupes locaux de sa structure, nous refuserons la création massive de ces espaces, afin qu'une structure ne s'accapare pas les ressources communes à partager.

Dit autrement, nous refuserons les créations massives d'espaces. Et, pour 2022, "massive" commencera avec une barre relativement faible (3 à 5), car nous ne proposerons que 200 espaces environ.

Si cela ne vous convient pas, vous pouvez :

  • patienter : notre objectif est de proposer jusqu'à 10 000 espaces maximum d'ici fin 2025. Dans l'optique d'un tel volume, avoir quelques dizaines de structures d'un même réseau hébergées sur Frama.space ne devrait pas nous poser de problème.
  • aller ailleurs : les prestataires Nextcloud ne manquent pas, si votre réseau comporte plus de 20 ou 30 groupes locaux, et que chacun a besoin d'un espace propre, alors il serait surprenant que vous n'ayez pas de quoi financer une prestation d'hébergement numérique.

Ça coûte combien ?

Réponse courte

Framaspace n’est pas payant. Mais ça ne signifie pas que cela soit gratuit ! Nous vous solliciterons régulièrement pour répondre à nos enquêtes, ou pour vous transmettre de l’information (non publicitaire !!!) militante.

Réponse longue

Nous avons fait le choix de ne pas faire payer la création d’espace Frama.space. Si votre demande est acceptée, vous n’aurez donc rien à débourser (0€).

Il y a cependant une contrepartie : nous vous demanderons régulièrement un peu de temps, à vous en tant qu’administrateur⋅ices du compte, ou aux personnes à qui vous aurez créé un compte sur votre frama.space.

Ainsi, plusieurs fois par an, nous vous solliciterons pour vous demander de répondre à des formulaires ou pour vous informer d’actions militantes en cours.

Rassurez-vous, il ne s’agit pas de répondre à des enquêtes pour des crédits ou pour vous informer du prix du dernier SUV de chez Tesla !

En fait, nous vous interrogerons régulièrement dans le cadre de notre « Observatoire des Pratiques Numériques Libres », dont l’objectif est de mieux évaluer et comprendre vos usages et pratiques numériques. Notamment, nous vous demanderons de nous faire des retours sur… Frama.space ! (Qu’est-ce qui fonctionne bien ? Qu’est-ce qui vous frustre ? Quelles seraient les priorités à mettre en œuvre si vous aviez une baguette magique ? etc.). L’idée est évidemment d’améliorer petit à petit le service, pour qu’il profite au mieux au plus grand nombre.

En contrepartie de votre accès à Frama.space, nous vous demanderons donc régulièrement 5mn de votre temps pour répondre à de petites enquêtes, dont les résultats (anonymisés) seront publiés sous licence libre afin qu’ils puissent servir à toutes et tous.

Enfin, une autre « contrepartie » de l’accès à Frama.space, c’est que nous utiliserons de temps à autre le service pour « pousser » de l’information. Ces informations concerneront essentiellement le secteur associatif. En effet, Frama.space est, qu’on le veuille ou non, un projet politique. Nous, Framasoft, assumons d’autofinancer ce projet (à perte !) car nous pensons que la transformation des pratiques numériques associatives est un levier important pour mobiliser de façon plus efficace la société civile face au rouleau compresseur néolibéral, qui déséquilibre les relations entre les humain⋅es, et nuit aux équilibres naturels de la planète.

Précisons, pour éviter toute ambiguïté et tout soupçon mercantile, que ces contreparties (formulaire et diffusion d’informations) ne font l’objet d’aucune transaction commerciale pour Framasoft. Nous ne gagnons rien à faire cela, si ce n’est essayer de rendre un meilleur service, et essayer de faciliter les mobilisations.

Le seul aspect financier du projet est, parmi les informations que nous vous partagerons, que nous nous permettrons de rappeler que Framasoft ne vit que des dons, et que chaque personne qui en a la possibilité et l’envie est invitée à nous soutenir.

Qu’est-ce qu’une phase de « bêta test » ?

En novembre 2022, Frama.space ouvrira ses portes en « bêta test ». Cela signifie que nous accueillerons dans une première phase 100 à 200 structures « pionnières » avant d’ouvrir plus largement la plateforme en 2023 et les années suivantes.

Pendant la phase de bêta test, la peinture ne sera donc pas sèche. Nous travaillerons de concert avec ces structures pionnières pour préparer le terrain des organisations qui arriveront plus tardivement.

Concrètement, nous avons l’intention de développer un certain nombre de fonctionnalités, par exemple pour permettre de mieux accueillir et intégrer les nouvelles structures (« onboarding ») ou pour faciliter la gestion de votre Frama.space. Mais dans la phase de bêta test, ces outils ne seront mis en place qu’au fur et à mesure, et comporteront probablement des bugs, que nous nous attacherons évidemment à corriger aussi rapidement que possible.

La phase de bêta test s’étalera sur plusieurs mois, et sans doute même plusieurs années, pour nous donner le temps de faire les choses correctement.

Qu’est-ce qu’une structure pionnière ?

Les structures pionnières correspondent aux premières structures (environ 250) qui se verront attribuées un espace Frama.space.

On ne va pas se mentir : ces structures devront sans doute essuyer quelques plâtres techniques et communicationnels.

Les critères de sélection de ces structures seront sensiblement les mêmes que celles que nous considérons comme la cible de Frama.space. Cependant, comme pour l'instant (fin 2022), Frama.space ne bénéficie pas de ressources d'accompagnement conséquentes (cela viendra progressivement sur 2023 et 2024), nous privilégierons les structures que nous pensons être suffisamment autonomes avec le logiciel Nextcloud pour débuter.

Notre objectif est de travailler au plus proche d’elles afin d’identifier les points de friction et les atténuer (pour elles comme pour les organisations qui rejoindront Frama.space plus tard) afin, progressivement, d'accueillir de nouvelles structures qui sont moins à l'aise avec les outils "cloud", mais que nous pourront mieux accompagner.

Y a-t-il des limites dans les usages ?

Réponse courte : oui, plein !

Réponse détaillée : Rappelons tout d’abord que l’usage de Frama.space est soumis à l’acceptation de nos Conditions Générales d'Utilisation, ainsi que des Conditions Spécifiques d'Utilisation du service Frama.space. Pour la faire relativement courte : si vous abusez du service, nous n’aurons aucun cas de conscience à fermer l’accès à votre frama.space. Nous vous contacterons en amont, évidemment, mais s’il ne s’agit pas d’une erreur ou mauvaise manipulation de votre part, il n’y aura pas d’espace de négociation. Frama.space est un service mutualisé entre plusieurs (dizaines/centaines de) milliers de personnes, et il n’est donc pas question qu’une organisation nuise à l’ensemble de la qualité de service.

Par ailleurs, il y a des limitations techniques :

  • chaque espace frama.space pourra accueillir jusqu’à 50 comptes utilisateurs maximum
  • l’administrateur⋅ice de l’espace pourra choisir entre, au choix, la suite bureautique collaborative Collabora Online ou OnlyOffice (ou aucune des deux). Chacune de ces solutions permet l’édition collaborative de document à 20 personnes simultanément. (cf question « OnlyOffice, CODE, etc »)
  • l’ensemble de l’espace occupé par votre Frama.space ne pourra excéder 40 Go. Dans Frama.space, il n’y a pas de limite d’espace par utilisateur, mais une limite globale de 40Go. Ainsi, un utilisateur peut stocker 40Go, et 10 autres 1Go, mais dans ce cas là, les autres utilisateur⋅ices n’auront plus d’espace. Il reviendra à l’administrateur⋅ice (ou à l’organisation) de gérer cette problématique collectivement. #pasnotrecaca
  • Afin d’éviter certains abus, nous limiterons la taille maximale de fichiers vidéos (mp4/mkv/avi/etc) à 500Mo maximum
  • La liste des applications que l’administrateur⋅ice pourra activer sur Frama.space est limitée aux applications testées et validées par Framasoft (et non à l’ensemble du catalogue apps.nextcloud.com)
  • Si nous ne constatons aucune activité de connexion sur votre espace pendant deux mois, nous vous enverrons un mail d'alerte.
    • 15 jours plus tard, si aucune activité de connexion n'est constatée, vous recevrez un second mail d'alerte.
    • 15 jours plus tard, si aucune activité de connexion n'est constatée, votre espace sera désactivé. Vous recevrez un email vous permettant de le réactiver. L'intégralité de votre espace (fichiers, liens, calendriers, etc) renverront vers une page indiquant que l'espace a été désactivé (et indiquant la procédure à suivre pour le réactiver immédiatement).
    • 15 jours plus tard, si vous n'avez pas demandé la réactivation de votre espace, vous recevrez un email vous informant de la prochaine suppression de votre espace.
    • 15 jours plus tard, si vous n'avez pas demandé la réactivation de votre espace, votre espace et toutes les données associées seront supprimés. Cette suppression (sur 4 mois), nous permet de nous assurer que la plateforme Frama.space n'est pas utilisée qu'à des fins d'archivage ou de test, mais bien par de "vraies" associations qui en ont l'utilité. Et cela permet aussi de libérer une place pour une autre association.

Ces limitations ne vous conviennent pas ? Nous comprenons et respectons votre insatisfaction. Cependant, nous vous engageons alors à trouver un autre hébergeur. Ces choix ont été faits après de longues réflexions et en fonction d’un modèle que nous estimons soutenable pour nous. Il existe de nombreux hébergeurs (le plus souvent payants, cependant) qui pourront vous proposer d’outrepasser ces limitations.

Comment protégez-vous mes utilisateur⋅rices (et moi-même) ?

Vaste question, et la réponse mérite d'être suffisamment précise.

Au regard de « bonnes pratiques », Framasoft a mis en place des mesures qui lui semblent proportionnées aux risques identifiés, en agissant sur :

  • les « éléments à protéger » : la collecte de données est minimisée, le transport des communications réseau est chiffré (SSL), les informations personnelles peuvent être pseudonymisées, Framasoft permet aux utilisateurs de faire valoir l’exercice de leurs droits.
  • les « impacts potentiels » : les données sont sauvegardées (backup) ou répliquées, les activités sont tracées, les utilisateurs sont prévenus en cas de violation de données ou d’intrusions détectées.
  • les « sources de risques » : les accès aux serveurs sont contrôlés et réservés aux personnes habilités par Framasoft, les accès aux espaces de production utilisateurs sont contrôlés par les administrateurs d’espaces, Framasoft exerce une surveillance active contre les codes malveillants, Framasoft met régulièrement à jour les codes informatiques des logiciels utilisés dans leurs dernières versions.
  • les « supports » : les accès physiques au machines sont limités aux personnes habilités, afin de réduire les risques logiciels Framasoft n’utilise que des logiciels libres et opensource.

Mais la question sous-jacente est probablement : « Que se passe-t-il si notre organisation a une activité considérée comme illégale par les autorités ? ».

Dans ce cas, en vertu des articles 60-1 et 77-1-1 du Code de Procédure Pénal :

  • Nous sollicitons une réquisition écrite
  • Nous vérifions l’identité de l’agent en charge de la requête
  • Nous vérifions la nature des documents ou informations sollicitées
  • Nous vérifions la légitimité de la demande (par exemple, dans certains cas, l’autorité doit obtenir préalablement à la demande l’accord d’un procureur)
  • Nous questionnons l’autorité sur l’objet et la finalité de sa demande (il n’y a pas d’obligation a priori, de réponse de leur part, mais nous constatons que cela a été systématiquement le cas lorsque nous posions la question)
  • Suivant les réponses obtenues aux points précédents, nous pouvons répondre positivement à la demande.
  • En cas de réponse positive, nous transmettons uniquement les données utiles correspondant à l’objet de la requête (par exemple, nous ne transmettrons jamais l’ensemble des journaux de connexion d’une journée donnée au service Frama.space, car le périmètre est bien trop large)
  • Nous faisons une copie des pièces originales transmises

Note: nous prenons note que par une décision n° 2021-952 QPC du 3 décembre 2021, le Conseil constitutionnel a déclaré contraires à la Constitution les mots « y compris celles issues d’un système informatique ou d’un traitement de données nominatives » de l’article 77-1-1, dont l’abrogation devrait être effective au 31/12/2022.

Les cas peuvent être nombreux, mais les principales règles à retenir sont les suivantes :

  • Framasoft répond positivement aux requêtes de police judiciaire qui lui sont adressées en bonne et due forme, et dont le motif est légitime et correspond à une réelle infraction. Par exemple, si vous ou l’un de vos utilisateurs utilise Framaspace pour héberger (à notre insu) des fichiers pédopornographiques et que nous sommes contactés par les services de police, nous agirons sans délai avec lesdits services pour régler la situation. Après avoir vérifié l’authenticité de la requête, nous collaborerons avec la police ou la gendarmerie et leur communiquerons les informations qu’ils nous demanderont (dans les limites fixées par la loi) et supprimerons les fichiers incriminés.
  • En cas de requête manifestement illégitime, nous refuserons, en argumentant, de répondre.
  • En cas de requête tendancieuse ou motivée par des motifs flous, nous agirons au cas par cas, selon l’interprétation de nos juristes concernant la légitimité de la demande.

Quoi qu’il en soit, merci de ne pas considérer Framasoft comme un service préservant envers et contre tout votre anonymat, celui de vos membres, ou celui de vos actions. Ce n’est tout simplement pas le cas. Notre engagement, c’est celui de ne pas monétiser vos données ou vos comportements. Ni plus, ni moins.

Nous respectons votre vie privée. Nous respectons les données que vous nous confiez. Nous respectons les actions que vous menez. Cependant, si vos actions mettent en danger les objectifs que nous nous sommes fixés, nous n’aurons pas de scrupules à vous enjoindre à migrer vers un autre service. Et s’ils mettent en danger la vie d’autrui, nous n’aurons pas de scrupules à travailler avec la police, la justice ou la gendarmerie.

Enfin, nous vous conseillons fortement de maintenir une copie récente de l’ensemble de vos données dans un lieu sûr, autre que Frama.space. En effet, nous ne sommes pas à l’abri – et personne ne l’est ! – d’une coupure brutale de service rendant le service indisponible pour plusieurs jours.

Les fichiers sont-ils chiffrés ?

Le chiffrement de bout en bout a été très longtemps en version "beta" dans Nextcloud, et apporte une petite baisse de performance (la dernière version a justement des améliorations sur ce point).

D'un côté plus utilisateur, cela empêche aussi l'utilisation de l'interface web pour gérer ses fichiers, ce qui est une part importante de tout l'aspect « collaboratif » que l'on veut mettre en avant. Et pour finir, cela crée un gros risque supplémentaire que les utilisateurs perdent l'accès à leurs fichiers lorsqu'ils perdent les clés de chiffrement. Le public associatif que l'on vise, sans être forcément atteint d'illectronisme, n'est pas le plus à l'aise avec toutes ces notions, et nous ne pouvons pas aussi facilement l'encadrer qu'au sein d'une unique structure.

La balance bénéfices/risques est donc en défaveur de cette fonctionnalité pour le moment. À nous de créer les conditions pour que les utilisateurs se sentent en confiance, d'un point de vue humain comme de sécurité informatique (cf notre point sur les données. Mais notons tout de même que si on voulait fournir la fonctionnalité dans le futur, il suffit d'installer l'application de notre côté pour que les clients de synchronisation proposent de chiffrer un dossier synchronisé.

Concernant le chiffrement côté serveur, l'intérêt est aussi limité car il ne s'agit pas d'un chiffrement de bout en bout même si cela commence à être pertinent dès lors que les bases de données ne sont pas au même endroit que les clés de chiffrement. Il reste que la fonctionnalité est davantage pertinente lorsque l'on va stocker ses données Nextcloud dans les backend S3 chez Amazon, ou Dropbox ou Google Drive. Cela a aussi le désavantage - outre une augmentation du stockage de 30% - de rendre les fichiers utilisateurs inaccessibles si le mot de passe est perdu, c'est alors à l'admin de redonner accès via une clé de récupération. Cela ferait beaucoup d'opérations compliquées pour des admins qui n'ont pas accès à la console pour utiliser l'outil occ, donc cela serait sûrement à nous de faire du support dans ces cas là, et nous souhaitons l'éviter.

Enfin, nous encourageons clairement les collectifs ayant des besoins de sécurité plus élevés, par exemple ceux qui mènent directement des actions de désobéissance civile, qui souhaiteraient typiquement éviter l'accès complet aux données par une simple réquisition judiciaire, d'utiliser d'autres logiciels (par ex Cryptpad) ou bien d'aller voir d'autres fournisseurs de service comme Globenet.

Concernant l'argument de la centralisation, nous avons aussi une réponse dans la FAQ : https://www.frama.space/abc/fr/faq/#q-centralisation

Comment protégez-vous mes données ?

Vos fichiers sont stockés sur un cluster de serveurs Object Storage (compatibles avec la technologie S3) gérés par l’outil libre Minio. Les serveurs physiques sont en Allemagne (hébergés par la société Hetzner) et totalement administrés par l'équipe Framasoft. Vu le volume de données représenté, ces données ne sont pas sauvegardées, mais sont répliquées quasiment en tant réel sur une infrastructure à part.

Vos autres données (calendriers, notes, comptes, etc. Bref, tout ce qui n'est pas "fichiers") fait l'objet de sauvegardes quotidiennes.

Les journaux techniques (« logs ») sont conservés un an, et font aussi l'objet d'une sauvegarde.

Notez que les données de Frama.space ne sont (volontairement) PAS chiffrées, car cela nous poserait énormément de problèmes lors de l’exploitation de la plateforme, lors des mises à jour ainsi que pour proposer un support technique de qualité. Là encore, si vous souhaitez que vos données soient chiffrées, n’hésitez pas à vous orienter vers un hébergeur Nextcloud proposant cette fonctionnalité.

Vous pouvez aussi tester l’excellente suite Cryptpad, développée par nos ami⋅es de XWiki, qui propose un très bon produit, chiffré de bout-en-bout !

Pour en savoir plus sur quelles données sont collectées, vous pouvez lire notre page "Vie privée et confidentialité".

Pour en savoir plus sur comment nous protégeons les utilisateur⋅ices du service Frama.space, vous pouvez lire cette question de la FAQ

Frama.space est-il en conformité avec le RGPD ?

Réponse courte : oui.

Réponse longue : Framasoft s’engage à traiter vos données à caractère personnel dans le respect de la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés et du RGPD.

Les dispositions générales peuvent être trouvées sur notre page « Vie privée et RGPD » ainsi que dans nos « Conditions Spécifiques d’Utilisation du service Frama.space » , partie « CONDITIONS SPÉCIFIQUES D’HÉBERGEMENT DES DONNÉES A CARACTÈRE PERSONNEL DU SERVICE FRAMA.SPACE DANS LE CADRE DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE PROTECTION DES DONNÉES ENTRANT EN VIGUEUR LE 25 MAI 2018 ».

Notamment, ces conditions précisent bien que, concernant les espaces Frama.space, Framasoft n'est « que » sous-traitant des données, et qu'il appartient donc aux « responsables de traitement » (c'est à dire les personnes administrant les espaces Frama.space dont ils ont la gestion) de respecter et faire respecter le RGPD.

Puis-je facilement récupérer mes données, et migrer vers un autre hébergeur Nextcloud ?

Réponse courte : oui.

Réponse détaillée : Vos données vous appartiennent. Vous pouvez les récupérer de la façon suivante : Fichiers Agendas Utilisateur⋅ices 🚧 … 🚧

Pour migrer vers un autre hébergeur, il « suffit » de réimporter les données exportées sur l’instance Nextcloud de votre nouvel hébergeur (+ https://apps.nextcloud.com/apps/user_migration )

Frama.space, quelle architecture technique ?

Réponse rapide :

  • OS : Debian
  • Stockage des fichiers des Nextcloud :
    • un cluster Minio de 5 (pour l’instant) serveurs SX64 chez Hetzner pour fournir un espace de stockage S3
    • un deuxième cluster Minio, aux mêmes caractéristiques, sur lequel sont répliquées les données du premier cluster. Ce cluster de réplication est séparé physiquement de l’infrastructure de Frama.space (il est en Finlande)
  • Base de données :
    • PostgreSQL
      • une machine virtuelle héberge le serveur primaire
      • une machine virtuelle héberge le serveur secondaire (réplication du serveur primaire)
    • Redis
      • 6 machines virtuelles pour créer un cluster Redis
  • Serveurs office :
  • Serveurs web :
    • une machine virtuelle avec Nginx avec PHP-FPM et Pgpool-II (qui fait de la répartition de charge entre les serveurs PostgreSQL) ainsi qu’un service nommé Chronos¹ qui sert à lancer le cron.php des instances Nextcloud à intervalle régulier de façon parallélisé.
    • une machine virtuelle avec Haproxy, qui redirige les requêtes vers :
      • le cluster Minio
      • Nginx
      • Collabora
      • Onlyoffice
  • Génération d’images de prévisualisation pour Nextcloud
  • Journalisation
    • une machine virtuelle avec un Rsyslog pour centraliser les journaux avec le plugin imrelp

Il n’y a qu’une seule base de code de Nextcloud, seule la configuration change selon l’instance Nextcloud.

À part la machine de journalisation (pour l’instant ?), chaque catégorie de machine virtuelle peut se voir facilement ajouter des machines virtuelles (exemple : nous pourrons ajouter d’autres machines virtuelles Nginx quand le besoin s’en fera sentir).

Les serveurs qui ont besoin de communiquer entre eux sont connectés via des tunnels Wireguard.

Schéma de l’infrastructure des serveurs de Frama.space

La virtualisation des machines est effectuée avec KVM et Ganeti sur trois serveurs AXI41-NVMe et un serveur AX41 ².

Les inscriptions à Frama.space sont gérées par Charon. Celui-ci est interrogé sur son API par un script nommé Hermès³ qui lance des recettes Salt pour ajouter, supprimer ou modifier les instances Nextcloud.

Les sauvegardes sont gérées par Borgbackup piloté par Borgmatic pour les fichiers et par Barman pour PostgreSQL.

¹: non encore publié, la peinture n’est pas sèche
²: à l’heure du lancement de Frama.space, soit novembre 2022
³: non encore publié, la peinture n’est pas sèche

Comment faites-vous pour proposer une offre gratuite alors que c’est payant ailleurs ?

Framasoft est une association à but non lucratif. Nous ne cherchons pas à gagner de l’argent, ni à trouver un business-model rentable.

Par ailleurs, nous avons acquis une certaine expérience dans la gestion de services en ligne gratuits destinés au public. En effet, suite à la mise en place et au développement de notre campagne « Dégooglisons Internet » en 2014, Framasoft à installé, amélioré, mis à disposition, maintenu, fait croître, animé et assuré le support technique d’une quarantaine de plateformes différentes reposant sur des logiciels libres existants ou développés par nos soins (Framapad, Framadate, Framalistes, Framaforms, etc). Aujourd’hui, ces différents services accueillent plus d’un million de personnes chaque mois.

A cela s’ajoute le fait que Framasoft porte un projet politique : celui d’un numérique émancipateur et convivial (voir notre manifeste). En proposant Frama.space, nous ne cherchons pas à faire une démonstration technique, mais bien à ouvrir une porte qui permettra à un large public de venir découvrir comment la collaboration numérique en accord avec les valeurs de l’organisation peut transformer dans les pratiques de cette dernière.

En conséquence – grâce à notre expérience, notre souhait de partager notre vision d’un numérique émancipateur, et notre volonté de préfigurer des outils conviviaux en mettant à disposition nos compétences – nous avons fait le choix de ne pas rendre ce service payant.

Les personnes ayant accès à Frama.space seront bien évidemment encouragées à nous soutenir financièrement en nous faisant des dons. Même si nous sommes conscient⋅es que la plupart de ces structures disposent de moyens très limités, nous pensons, et espérons, qu'une part suffisante des humain⋅es qui les composent reconnaîtront la valeur du travail effectué et voudront le récompenser par un don.

Proposer Frama.space gratuitement, ça ne risque pas de causer du tort aux chatons ou à des structures commerciales ?

Il est normal d’avoir le réflexe de se dire que proposer une offre Nextcloud gratuite, alors que les membres du collectif CHATONS (impulsé en 2016 par Framasoft) proposent des offres payantes ou sur adhésion, pourrait nuire à leurs modèles économiques souvent fragiles.

Cependant, nous ne le pensons pas.

D’abord, il est à noter que Frama.space s’adresse aux « petites structures », qui ont rarement les finances nécessaires pour payer un service que Google (ou autre) leur fournit gratuitement. Les chatons dont le modèle économique repose sur la facturation d’instances Nextcloud accueillent plutôt des structures ayant des besoins qui sont en dehors du périmètre de Frama.space : elles ont besoin de + de 50 comptes, de + que 40 Go, d’applications/plugins particuliers, d’un accompagnement personnalisé, etc. Autant de choses que Frama.space ne propose pas.

Surtout, nous pensons sincèrement que tout le travail d’accompagnement et de médiation que fera Framasoft autour de Nextcloud permettra de faire largement croître la base d’usagers potentiels de ce logiciel, ce qui profitera à l’ensemble des chatons, et même à l'ensemble des entreprises proposant une offre Nextcloud.

En effet, un des objectifs d’accompagnement porté par Framasoft est de rendre le logiciel Nextcloud visible, compréhensible, accessible au plus grand nombre. Des utilisateur⋅ices de Frama.space dans un cadre associatif pourront donc se retourner vers des chatons pour utiliser Nextcloud dans un cadre familial ou professionnel.

De même, Framasoft souhaite accroître la notoriété de Nextcloud par de multiples actions : créer ou traduire des vidéos de présentation, valoriser des tutoriels, créer des supports promotionnels (flyers, stickers, etc), animer des conférences et webinaires, promouvoir Nextcloud dans les médias, etc. Nous disposons d’une certaine « force de frappe » et nous pensons sincèrement que l’effet de notoriété dépassera largement le cadre de Frama.space et rejaillira très positivement sur l’ensemble des hébergeurs francophones de Nextcloud.

Mais… Frama.space, c’est recentraliser, alors que je croyais que Framasoft voulait décentraliser ! Je ne comprends pas !

Effectivement.

Nous avons retourné le problème dans tous les sens.

Aujourd’hui, des centaines (milliers ?) d’hébergeurs proposent Nextcloud comme solution de plateforme collaborative. Pourtant, le logiciel peine à être connu (en tout cas en France) : sortez dans la rue, et interrogez 100 personnes au hasard. 70 auront entendu parler de Google Docs, 15 de LibreOffice (ou OpenOffice), au mieux 5 ou 6 de Framadate. Mais probablement pas plus de 1 ou 2 n’aura entendu parler de Nextcloud ou ne l’aura utilisé.

Nous voulons changer cela.

Et pour cela, notre meilleure opportunité est, en parallèle de nos projets d’accompagnement, de proposer une offre gratuite.

En effet, Framasoft compte apporter, via l’exploitation de Frama.space, de nombreuses améliorations à Nextcloud, notamment pour le cadre associatif et militant. Pour cela, nous avons besoin d’un environnement « réel » avec de nombreux utilisateurs. Difficile de demander à des chatons de beta-tester notre code avec leurs utilisateurs payants, ou à ces utilisateurs de nous faire les retours directement. Là encore, nous pensons que ces améliorations profiteront à tous et toutes, mais chaque hébergeur sera libre de les mettre en place ou pas.

Nous restons convaincu⋅es, à Framasoft, que l’avenir est à la « re-décentralisation d’internet ». Mais force est de constater que le résultat de nos actions passées reste limité, pour le dire avec humilité et politesse. Nous pensons donc qu’il faut donner un « coup d’accélérateur » en proposant un projet simple, accessible, compréhensible.

Nous ne remettons donc pas en cause le fait qu’il faut, à terme, des millions d’instances Nextcloud, réparties chez des milliers d'hébergeurs. Cela reste l’objectif à moyen/long terme.

Pour l'instant, notre objectif n'est donc pas de « prendre une part du gateau », mais bien « d'augmenter la taille du gateau » afin qu'il puisse profiter à plus de gens (hébergeurs comme utilistateurs). Pour cela, s'il faut mettre en place une infrastructure "centralisant" quelques dizaines de milliers d'utilisateurs, face au trois milliards d'utilisateurs de Google Workplace, nous estimons que le "coût" de cette centralisation limitée reste tout à fait raisonnable.

Je voudrais personnaliser mon espace

Frama.space comporte pas mal de limitations (rappel : c'est voulu, et même indispensable si l'on souhaite que le projet soit viable).

Vous noterez que l'écosystème d'applications Nextcloud est extrêmement riche, avec plusieurs centaines d'applications.

Nous avons fait une sélection plutôt drastique de ces applications, afin de ne pas surcharger les utilisateur⋅ices avec des fonctionnalités dont ils ou elles n'auraient pas forcément l'utilité.

Nous comprenons parfaitement que vous ayez des besoins spécifiques, et donc souhaitiez utiliser des applications comme Mail ou Workspace.

Suivant les retours des utilisateur⋅ices de Frama.space au travers des enquêtes que nous mènerons, nous pourrons être amené dans les prochains mois/années à proposer de nouvelles fonctionnalités, comme par exemple : Cospend, News, Mail, Draw.io, Integration Google, Workspace, ...

Mais, pour le moment, nous ne répondrons pas à votre demande. Tout simplement parce que cela complexifierait le projet Frama.space alors que ce dernier est encore en phase beta.

Si vous avez réellement besoin d'un Nextcloud personnalisé aux petits oignons, nous vous renvoyons plutôt vers les listes de prestataires, qui pourront vous fournir une instance Nextcloud que vous pourrez personnaliser vous-mêmes (ou avec leur aide). Ce service, de qualité et chronophage, fera nécessairement l'objet d'une facturation par ces mêmes prestataires, et cela est bien naturel.

Pourquoi me demandez-vous autant d’informations sur ma structure à l’inscription ?

Nous avons besoin d’informations pour plusieurs raisons.

La première, relativement évidente est que nous avons besoin de savoir et de comprendre ce que fait votre organisation, puisque nous nous baserons sur vos réponses lors de notre processus de sélection.

La seconde est que nous cherchons à établir des statistiques autour des comptes Frama.space. Par exemple : « Y a-t-il plus de structures culturelles ? ou de structures agissant dans le domaine social ? », « Les organisations ayant besoin de Frama.space sont elles plutôt des structures employeuses, ou pas ? », etc. Ces informations nous permettront d’améliorer le service Frama.space.

Notez qu'en dehors de votre adresse email, ces données ne sont pas considérées comme des données personnelles.

OnlyOffice, CODE, Etherpad, Nextcloud Text… C’est quoi les différences ? Et lequel choisir ?

Vaste sujet.

Par défaut, Nextcloud propose un outil de rédaction collaborative en temps réel nommé « Text ».

Nextcloud Text

https://nextcloud.com/blog/nextcloud-introduces-collaborative-rich-text-editor/ Nextcloud Text est une application très simple qui permet d’écrire un texte et de mettre en forme (gras, italique, images, tableaux, etc). Pour celles et ceux qui connaissent notre service Framapad, le fonctionnement est très proche.

  • ✅ léger, rapide

  • ✅ intégré à Nextcloud

  • ✅ Possibilité de travailler à 50 personnes en simultané (?)

  • ✅ Tchat

  • ✅ Edition mobile facile

  • ✅ Partage lecture seule ou modification facile, y compris à des personnes sans compte Frama.space

  • ✅ Format Markdown (.md) pour partage facile et léger

  • ✅ Pas besoin d’une grosse connexion internet (mais connexion internet obligatoire malgré tout)

  • ✅ Enregistrement automatique

  • ❌ Traitement de texte seulement (possibilité d’insérer des images ou tableaux, par exemple, mais pas de fonctionnalité de tableur ou de présentation/slides)

  • ❌ Fonctionnalités de mise en page limitée (pas de table des matières, pas de saut de page, pas de notes de bas de page, etc)

OnlyOffice

  • ✅ Suite bureautique complète (Traitement de texte, tableur, présentation, etc)
  • ✅ gère très bien les documents Microsoft (Word, Excel, etc)
  • ✅ Execution côté client = rapide si vous avez un ordinateur et un navigateur web récent
  • ✅ Visuellement, c’est la plus agréable des trois solutions
  • ❌ Pas d’édition mobile/smartphone dans Frama.space
  • ❌ Limité à 20 éditions simultanées (que cela soit 20 personnes sur un même document, ou 1 personnes sur 20 documents différents)
  • ❌ Nous avons expérimenté des pertes de données dans les document
  • ❌ Modèle opencore (?)

NB : considérez cela comme un « plus » ou un « moins », mais il est à noter qu’OnlyOffice est édité par la société lituanienne Ascensio Lab, qui est détenue par le russe Lev Bannon, qui édite aussi le fork d’OnlyOffice « R7-Office » Faites ce que vous voulez de cette information.

Collabora Online

  • ✅ Suite bureautique complète (Traitement de texte, tableur, présentation, etc)

  • ✅ Gère très bien les fichiers LibreOffice

  • ✅ Execution côté serveur = plus lent sur connexion internet limitée, mais moins de risque de perte de données

  • ✅ Basée sur la suite bureautique libre LibreOffice (utiliser Collabora = soutenir LibreOffice)

  • ✅ Edition mobile/smartphone possible (via application Android/iOS gratuite à télécharger)

  • ❌ Limité à 20 éditions simultanées (que cela soit 20 personnes sur un même document, ou 20 personnes sur 20 documents différents)

  • ❌ Il y a parfois des comportements « bizarres », voir désagréables. Par exemple le curseur utilisateur se retrouve, sans qu’on ait rien demandé, en première page du document (sans perte de données, heureusement)

  • ❌ impression de lourdeur/lenteur

  • ❌ Interface visuellement datée

Mais alors, lequel choisir ?!

Text OnlyOffice Collabora
Vos utilisateur⋅ices sont majoritairement habitué.es à Word et Excel ✅ ✅ ✅ ✅ ✅
Vos utilisateur⋅ices sont majoritairement habitué.es à LibreOffice/OpenOffice ✅ ✅ ✅ ✅ ✅
Vous voulez juste créer/éditer rapidement une prise de notes collaborative ✅ ✅ ✅
Votre connexion internet est plutôt faible ✅ ✅ ✅ ✅ ✅
Vous voulez partager rapidement et simplement ce fichier avec des personnes extérieures ✅ ✅ ✅
Vous avez besoin de mise en page avancée ✅ ✅ ✅ ✅ ✅ ✅
Vous voulez créer un fichier tableur (Excel/calc) ou présentation (Powerpoint/Presentation) ✅ ✅ ✅ ✅ ✅ ✅
Vous avez besoin d’éditer le fichier sur smartphone/mobile ✅ ✅ ✅
Vous pouvez être + de 20 personnes à éditer simultanément des fichiers ✅ ✅ ✅

Faites le total des ✅ (une ❌ étant éliminatoire)

NB : les indications reportées ici sont valables pour Frama.space uniquement. Ainsi, les versions entreprises

Pourquoi le choix de Nextcloud et pas de (insérez ici une autre solution) ?

Rappelons en préambule que Framasoft est reconnue, depuis 20 ans, pour proposer le principal annuaire de logiciels libres francophone. Cela ne signifie pas que nous soyons des experts ultimes connaissant TOUS les logiciels libres, mais cela nous place quand même dans une position où nous avons une certaine légitimité en terme de veille sur les solutions libres.

Ensuite, oui : Nextcloud est en effet loin d'être la seule solution libre de collaboration.

Rien qu'en France, on peut citer par exemple CryptPad par xWiki, Pydio ou encore Tracim par Algoo. Toutes sont d'excellentes solutions, chacune avec leurs points forts.

Framasoft a étudié ces différentes solutions (et d'autres !) et a retenu Nextcloud comme base technique pour le projet Frama.space pour plusieurs raisons.

D'abord, commençons par les points "externes" :

  • la base d'utilisateurs de Nextcloud est extrêmement vaste (environ 60 millions d'utilisateurs tous pays confondus, d'après nos sources). C'est loin, très loin, devant les autres solutions ;
  • en liaison direct avec ce premier point, cela en fait - sur son secteur - une des solutions les plus testées (ça ne signifie pas "sans bug" mais c'est un fait, il s'agit d'un logiciel qui fonctionne bien) ;
  • c'est le logiciel de ce type le plus répandu en mode "cloud" (infogéré) ou "on premise" (à héberger soi-même). Ainsi, de nombreux hébergeurs (ex: Gandi, Hetzner, ovh, etc.) proposent de déployer Nextcloud en quelques clics. Cela fait sens pour le public que l'on souhaite toucher avec Frama.space, et qui souhaitera peut être, à un moment, migrer son espace ailleurs ;
  • découlant des points précédents, c'est le logiciel libre de ce type qui compte le plus de développeur⋅euses et contributeur⋅ices ;
  • découlant du point précédent, c'est un logiciel dont l'écosystème est très riche (par exemple son catalogue compte plus de 200 applications (plugins)) ;
  • d'un point de vue licence (et vu son passif), nous constatons que la société éditrice de Nextcloud essaie d'être à l'écoute et de respecter sa communauté, y compris celle qui ne la finance pas directement. Nous ne sommes jamais à l'abri d'un passage en modèle OpenCore, mais pour l'instant, aucun signal ne nous fait craindre ce genre d'avenir.

À cela s'ajoutent des raisons internes :

  • Nextcloud est le logiciel de ce type qui a la plus forte notoriété. Framasoft ne cherche pas à mettre en lumière ceux qui le sont déjà (d'habitude, c'est même le contraire !). Mais dans le cadre de Frama.space, il faut reconnaître que nous nous adressons à un public pas forcément à l'aise avec le numérique. Le fait qu'il est possible qu'ils aient déjà utilisé Nextcloud par exemple dans leur université ou leur entreprise facilite énormément notre capacité à atteindre notre objectif (accroître le pouvoir d'agir par le numérique libre) ;
  • la richesse fonctionnelle de Nextcloud (fichiers, agendas, suite bureautique, visio, albums photos, etc) correspond aux besoins identifiés pour le projet Frama.space ;
  • Framasoft a déjà accumulé une bonne expérience avec Nextcloud ces dernières années, au travers des projets Framadrive (5 000 comptes) et Framagenda (100 000 comptes) ;
  • Nous sommes en contact (superficiels, mais réguliers) avec l'équipe de la société éditrice (Nextcloud GmbH), et ces contacts ont toujours été plus que cordiaux ;
  • Et, probablement la raison la plus importante, nous avons, en interne, un développeur salarié qui contribue activement depuis des années à Nextcloud. Cela nous permet d'intervenir rapidement et efficacement en cas de problème, et d'envisager de pouvoir contribuer immédiatement pour améliorer le logiciel et l'adapter à nos besoins spécifiques, tout en reversant le code produit à la communauté.

Cela ne signifie pas pour autant que nous donnons un blanc-seing à ce logiciel ou à la société qui l'édite. Nextcloud, comme tout logiciel, est imparfait. Mais c'est suite à une étude comparative poussée que nous l'avons retenu et nous assumons donc ce choix.

Frama.space ne convient pas à mon besoin, que puis-je faire ?

Frama.space comportant de nombreuses limitations, nous ne sommes pas surpris⋅es que le service ne vous convienne pas (ou que nous ne puissions vous accueillir).

Les espaces Frama.space reposent sur la solution libre Nextcloud, donc la solution est assez simple : il va vous falloir trouver un autre hébergeur. Celui-ci aura de bonnes chances d'être payant, car il s'agit d'un service personnalisé (et souvent fourni avec de l'accompagnement), là où Frama.space est un service très "normé", avec un périmètre défini qu'il est quasi-impossible d'adapter à vos besoins spécifiques.

Nous listons ici quelques prestataires que nous avons repéré.

Précisions :

  • Framasoft ne reçoit aucune rémunération pour faire afficher des structures dans ce tableau (classées par ordre alphabétique), mais nous acceptons toujours les dons :slight_smile:
  • Framasoft ne se porte pas garante des structures listées ci-dessus. Si vous en êtes très insatisfait, vous pouvez toujours nous contacter pour nous le signaler. Nous ne vous répondrons probablement pas, mais si nous venons à cumuler des indices indiquant qu'un prestataire fait mal son boulot, nous n'aurons pas de scrupules à le retirer de la liste.
Nom Spécificités

ADULLACT

L'ADULLACT a pour objectifs de soutenir et coordonner l'action des Administrations et Collectivités territoriales dans le but de promouvoir, développer et maintenir un patrimoine de logiciels libres utiles aux missions de service public. Si vous êtes une administration ou une collectivité, n'hésitez pas à les contacter !

Arawa

Arawa est un des prestataires les plus en pointe en France concernant l'hébergement de Nextcloud (et pas que). Ils accompagnent des projets Nextcloud pour des grands comptes et universités. En plus d'une expertise technique pointues, ce sont de « vrai⋅es » libristes, qui contribuent activement au développement de Nextcloud.

🐱 IndieHosters

Hébergeur éthique hébergé en Europe et membre fondateur du collectif CHATONS, IndieHosters est une structure proche de Framasoft depuis des années. Leur offre « Liiibre » est alignée sur les mêmes valeurs que Frama.space, et cible particulièrement les associations et collectifs.

🐱 Nubo

Nubo, c'est une coopérative qu'on aime beaucoup, et pas seulement parce qu'ils et elles sont Belges. C'est un beau projet coopératif, avec de belles personnes, qui font les choses bien. Leur offre, malgré un tarif transparent et tout à fait raisonnable, comprend en plus une boite mail. Et c'est... bien. Que vous soyez un particulier, une famille, un groupe d'ami⋅es, une association de petite ou moyenne taille, Nubo est peut-être fait pour vous.

🐱 Paquerette

Paquerette est une SCOP du numérique orientée sur les services libres, écologiques, à dimension solidaire. En plus de leurs offres Nextcloud (et autres outils libres), ils font partie des personnes en capacité de vous accompagner sur la prise en main ou l'usage collaboratif de votre Nextcloud.

Tadaa

Tadaa, comme IndieHosters ou Nubo, est une coopérative. Mais ils accompagnent aussi les structures dans leur communication ou leurs pratiques collaboratives. Tadaa propose une offre "Tadaa.cloud" adaptable en fonction de vos besoins, mais aussi si vous le souhaitez, de l'accompagnement. Comme IndieHosters, ce sont des proches de Framasoft de longue date. Tellement proches qu'ils et elles occupent le bureau d'à côté.

🐱 Zaclys

Eux, ce sont des "vieux de la vieille" du service Nextcloud, puisqu'ils proposent des services en ligne depuis des années et sont même membres du collectif CHATONS. Ils ont une grande expertise dans la gestion d'un grand nombre d'instances Nextcloud. D'abord sous forme associative, aujourd'hui en SARL, Zaclys propose des offres Nextcloud débutant à 0€ dans leur offre Famille, mais aussi une offre Pro qui peut intéresser les entreprises.

🐱 = membre du collectif CHATONS.

Vous ne trouvez pas votre bonheur ?

Alors vous pouvez aller chercher dans ces catalogues génériques, non-maintenus par Framasoft.

Catalogue Spécificités

CHATONS

Cette page liste les membres du collectif CHATONS, impulsé en 2016 par Framasoft, qui indiquent proposer une offre Nextcloud. Il s'agit, pour la plupart, de petites structures associatives, et leurs publics sont souvent, eux aussi, des particuliers ou de petites associations.

GouvTech

Ce catalogue permet aux éditeurs logiciels disposant d’un établissement en France de faire connaître leurs solutions auprès des administrations publiques.

Nextcloud Partners

Cette page liste plus de 80 entreprises proposant de l'hébergement Nextcloud au niveau mondial.

Ces entreprises ont fait l'objet d'une sélection par l'entreprise Nextcloud GmbH. Elles se répartissent sur tout les continents. Leurs publics sont plutôt les structures ayant des besoins conséquents.

Nextcloud providers

Cette liste, maintenue sur la forge de Nextcloud, permet aux entreprises proposant une offre Nextcloud d'être mises en valeur. Contrairement au catalogue "Nextcloud Partners" ci-dessus, il n'y a pas besoin de répondre à des critères stricts faisant l'objet d'une validation par l'entreprise éditrice de Nextcloud pour y figurer.